Niveau 1 / Biodiversité : Les indispensables

La Biodiversité, ça correspond à quoi?

La biodiversité. En voilà un autre grand mot de l’écologie. On nous en parle régulièrement dans les médias, dès qu’il s’agit de fonds marins pollués, du déclin des abeilles, ou encore de la disparition des oiseaux de nos campagnes. Ce serait donc tout ça, la biodiversité ? Démêlons la pelote.

La biodiversité désigne l’ensemble des formes de vie sur Terre, que ce soit les animaux, les végétaux, les champignons, … Celles-ci entretiennent de nombreux liens entre elles (relations proie-prédateur, reproduction, chaînes alimentaires, etc) ou avec leur environnement (espaces d’habitation, de rencontres, d’échanges, etc) qui forment, ensemble, ce qu’on appelle les écosystèmes. Ces derniers sont des réseaux complexes qui forment des équilibres propices à la vie des espèces qu’ils accueillent.

Apports de la biodiversité

La biodiversité fournit aux Hommes des services dit écosystémiques, en ce sens que nous tirons directement (et gratuitement) profit de certains mécanismes qui ont naturellement lieu dans les écosystèmes. L’exemple le plus connu est celui de la pollinisation des plantes. Mais d’autres services vitaux sont rendus par la biodiversité : purification de l’air par photosynthèse, épuration de certaines eaux par les algues, maintien des sols par les racines, synthèse des molécules de certains médicaments, et aussi, l’un des plus importants et que nous avons tendance à oublier : la nourriture. Autrement, il serait bien difficile de produire ce qui est comestible simplement à partir de ce qu’on trouve dans la terre. La nature le condense pour nous.

Déclin de la biodiversité

C’est maintenant que nos ennuis commencent. La biodiversité, qu’elle désigne la diversité des espèces ou le nombre de représentants de chacune d’entre elles, connaît actuellement un très fort déclin. Parmi les 112.000 espèces que comptent la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, 30.000 sont menacés d’extinction, soit plus de 25%. 41% des espèces d’amphibiens sont en danger d’extinction, 36% des reptiles, 25% des mammifères et 14% des oiseaux. [Reproduire le graphique du site UICN]. Rien qu’en France, le tiers des oiseaux des milieux agricoles a disparu en moins de 20 ans. En Allemagne, la masse des insectes a fondu de 75% dans plus d’une cinquantaine de zones protégées en 27 ans. Des constats que l’on retrouve dans toutes les zones, tous les milieux et qui affectent la majorité des animaux.

Quels sont les causes de ce déclin?

Mais alors, d’où vient ce déclin ? L’érosion de la biodiversité a des origines diverses. La première est l’exploitation directe d’espèces en tant que nourriture (chasse, pêche, agriculture) ou pour son commerce (domestication, braconnage). Il arrive également que des espèces soient tuées de manière directe (chasse) ou indirecte (pesticides). Mais la menace majeure qui pèse sur la biodiversité est souvent plus complexe car elle est liée aux activités humaines qui modifient et dégradent les espaces de vie : déforestation (due majoritairement à l’agriculture), artificialisation des sols, aménagement du territoire, marées noires, etc. Bien que ces phénomènes causent directement la mort de certaines espèces, ils sont surtout problématiques car ils mettent en danger la reproduction même des espèces, en diminuant le nombre de représentants générations après générations. 

Le dérèglement climatique est une cause supplémentaire du déclin des espèces. L’augmentation de la température de l’air et de l’eau, l’acidification des océans, les incendies, les sécheresses, etc, sont autant de phénomènes qui déstabilisent les équilibres des écosystèmes, et par là, la biodiversité qu’ils abritent. Rappelons néanmoins que tous ces mécanismes sont complexes et qu’il n’est pas toujours possible de déterminer les causes de la disparition des espèces, d’autant qu’elles sont bien souvent multiples et se nourrissent les unes les autres.

L’IPBES, qui est l’organisation de l’ONU qui s’emploie à compiler et synthétiser l’ensemble de la recherche scientifique sur la biodiversité, énumère 5 causes du déclin de la biodiversité, qui sont, du plus au moins important :

  • la modification de l’utilisation des terres et des mers
  • l’exploitation directe des organismes
  • les changements climatiques
  • la pollution
  • les espèces exotiques envahissantes.

Ce qui veut aussi dire que résoudre le problème du changement climatique seul n’arrêtera pas l’érosion de la biodiversité.

Quelles conséquences à ce déclin?

Bon, soit. La biodiversité décline fortement ces derniers temps et les causes sont multiples et complexes. Mais est-ce bien grave qu’il y ait moins d’insectes par exemple ? Eh bien oui. Les conséquences de ce déclin sont très concrètes, nombreuses et prennent des formes bien différentes. Premièrement, une espèce n’est jamais impactée seule puisqu’elle bouleverse toute la chaîne alimentaire qui en dépend. Et si certaines se retrouvent sans nourriture, d’autres prolifèrent faute de prédateur. Ces réorganisations mettent également en compétition certaines espèces, à cause de la diminution de nourriture ou de la réduction des espaces de vie. Les conséquences de ces disparitions mettent en péril les fameux services écosystémiques qui sont rendus à l’homme et les effets se font déjà directement ressentir : proliférations d’espèces indésirables éventuellement porteuses de maladies, glissement de terrains, baisse des rendements agricoles, absence de purification de l’air, des eaux ou des sols, etc.

Des ressources pour aller plus loin

Pour faire le point sur tout ce que l’on vient de voir, l’une des fiches Post-R de l’institut des Futurs Souhaitables dresse un bon panorama de la situation. Si vous préférez les vidéos, le Réveilleur vous propose un résumé en 30 minutes. Une autre, un peu plus longue, d’Eric Garnier, est proposée par l’Agora des Savoirs : “Les multiples facette de la biodiversité”. Une dernière conférence, enfin, par Gilles Boeuf dans l’Espace des Sciences: “Biodiversité/Humanité: quelle évolution ?”.

Maintenant que vous avez en tête les nombreux aspects de la biodiversité, vous pouvez passer au second niveau. 

[addtoany]