Niveau 1 / Climat : Les indispensables

Le Climat, un équilibre à l'origine de conditions favorables à la vie

Quand on commence à s’intéresser à l’écologie, on se retrouve immanquablement confronté à la notion du climat, mais aussi à celle du réchauffement, du dérèglement ou du changement climatique. Mais qu’est-ce que tout cela signifie? Toutes ces expressions parlent-elles de la même chose? Démêlons la pelote.

Le climat, si l’on s’en tient à la définition du Larousse, c’est “l’ensemble des phénomènes météorologiques qui caractérisent l’état moyen de l’atmosphère en un lieu donné”. Dit autrement, il s’agit du temps moyen typique que l’on retrouve dans une région donnée et sur une longue période. Il s’agit ainsi d’une tendance, qui s’observe sur le (très) long terme (exemple : il fait en moyenne habituellement beau et sec à cette période de l’année dans cette région) contrairement à la météo qui concerne une description précise sur un temps court (il fait beau et sec aujourd’hui dans cette région). Souvenez-vous des climats que vous aviez appris à l’école pendant les cours de géographie: climat continental, climat océanique, climat équatorial, climat méditerranéen, etc. Ils qualifient bien l’état climatique général d’une vaste région à travers le temps.

Ensuite, impossible de parler du climat sans parler de l’effet de serre : c’est lui qui offre les conditions nécessaires au développement de la vie. Pour le dire simplement, celui-ci est un phénomène parfaitement naturel qui permet à notre planète de retenir une partie de la chaleur qui nous vient du Soleil en l’empêchant de sortir de l’atmosphère. Comme le ferait une serre dans un potager: impossible de cultiver blettes et épinards en hiver ou au printemps sans une serre. Sans l’effet de serre, il ferait environ -4°C en moyenne sur Terre (contrairement au +15°C que nous connaissons) : c’est donc grâce à lui – entre autres – que la vie est possible sur notre planète.

Une planète qui chauffe, c'est un équilibre entier qui se dérègle

Maintenant que le décor est planté, abordons les ennuis. On peut les décomposer en cinq étapes. Notre problème commence avec les activités humaines : ces dernières consomment des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz) et la combustion de celles-ci libèrent de grandes quantités de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère. Les gaz à effet de serre, comme leur nom l’indique, sont à l’origine de l’effet de serre précédemment évoqué : ils empêchent la chaleur induite par les rayons du soleil de ressortir à l’extérieur de l’atmosphère. Désormais présents en trop grande quantité dans l’atmosphère, ces GES produisent un effet de serre supplémentaire à celui décrit précédemment, qui était présent naturellement, sans l’action de l’homme. Et c’est cet effet de serre dit additionnel qui vient perturber la machine climatique de la Terre : il apporte un trop plein d’énergie, un trop plein de chaleur, menant donc au réchauffement climatique. Celui-ci se traduit alors par une hausse globale de la température moyenne de la planète: l’air, les sols, les océans se réchauffent et les glaces fondent. 

Les changements climatiques sont alors les conséquences de ce réchauffement climatique et la liste est longue: montée des eaux, augmentation des épisodes de chaleur extrême, effondrement de la biodiversité maritime et terrestre, perturbation du cycle de l’eau, etc. Ces changements menacent à leur tour très directement la vie de nombreuses espèces sur Terre, l’homme n’y faisant pas exception.

Note : Attention à ne pas confondre la pollution de l’air et l’émission de gaz à effet de serre.

Pour résumer

Le réchauffement climatique est dû à un effet de serre additionnel, provoqué par les gaz à effet de serre (GES) relâchés dans l’atmosphère par la combustion des énergies fossiles (pétrole, gaz & charbon) nécessaires aux activités humaines contemporaines. Vous l’aurez donc compris : la question énergétique est en fait au cœur du réchauffement climatique. La consommation d’énergie est à l’origine de nos émissions de GES, responsables du réchauffement climatique.

Le changement climatique n’est donc pas un possible risque futur: il est déjà à l’œuvre et va empirer si l’on ne diminue pas drastiquement les émissions de GES.

Pour tout comprendre de ces enjeux, on vous invite à visionner l’excellente vidéo de Viens voir les docteurs, sur la question climatique. Côté lecture, on ne saurait que trop vous conseiller le rapport 2019 du Haut Conseil pour le Climat, qui résume parfaitement ces grands enjeux climatiques avant de détailler la situation de la France – quels sont les principaux postes d’émissions de GES des Français par exemple – puis d’aborder des solutions pour réduire ces émissions et lutter contre le dérèglement climatique.

[addtoany]