Haut Conseil pour le Climat – Rapport Juin 2019

Haut Conseil pour le Climat – Rapport Juin 2019

Pour comprendre les objectifs de neutralité carbone et la situation française.
/ Article scientifique
Débutant / Intermédiaire / Expert

Créé en 2018, le Haut Conseil pour le Climat rassemble des scientifiques, chercheurs et ingénieurs en sciences du climat, agronomie et économie pour analyser les politiques publiques climatiques. Parmi ses membres en 2019, on peut retrouver par exemple Valérie Masson-Delmotte (co-président du Groupe de travail 1 du GIEC), Céline Guivarch (co-auteur du 6ème rapport d’évaluation du GIEC), Jean-Marc Jancovici (président fondateur de The Shift Project) ou encore Alain Grandjean (co-fondateur de Carbone 4 et membre du comité scientifique de la Fondation Nicolas Hulot). Organisme indépendant, il produit des rapports et émets des recommandations sur les mesures politiques destinées à réduire les émissions de gaz à effet de serre de la France.

En juin 2019, le Haut Conseil pour le Climat émet un premier rapport sur les objectifs de neutralité carbone, officiellement intitulé « Agir en cohérence avec les ambitions ». Pour lire le rapport complet (66 pages), c’est par ici. Il existe cependant une version allégée pour le grand public qu’on ne saurait que trop vous conseiller. Courte, claire et très pédagogique, la version “grand public” commence par rapidement expliquer ce qu’est le réchauffement climatique, ses mécanismes et ses enjeux, avant d’aborder la stratégie de la France pour réduire ses émissions de CO2.

Le rapport estime alors que la France n’est pas encore sur la bonne voie pour réduire efficacement ses émissions de CO2:

Le premier budget carbone (plafonds d’émissions de gaz à effet de serre à ne pas dépasser au niveau national) 2015-2018 (1 832 MtCO₂e) a été dépassé de 4 % : la France a émis 62 MtCO₂e de plus que prévu sur les quatre années.

Batiments et transports figurent dans les domaines avec les plus mauvais résultats:

Dans le secteur du transport, la demande en mobilité augmente, l’électrification avance mais trop lentement (seulement 2,1 % des voitures), les améliorations d’effica-cité des véhicules ralentissent et la voiture personnelle reste le mode de transport prédominant avec une augmentation du nombre de voitures lourdes et qui consomment davantage.

Dans le secteur du bâtiment, de nombreuses rénovations énergétiques sont faites mais leurs performances sont insuffisantes. Le chauffage au fioul domestique est encore trop répandu.

Entre 2015 et 2018, 75 milliards d’euros d’investissement défavorables au climat ont été réalisés, contre 41 miliards d’euros favorables, à une époque où la dynamique devrait être largement inversée.

Les auteurs listent enfin les principaux obstacles à la transition bas-barbone (ex. trop faible prise en compte de cet objectif dans les textes de lois et dans les grands projets, mesures politiques trop peu efficaces, etc) et proposent des recommandations pour une transition à la fois juste et efficace.

Ce rapport 2019 a également été synthétisé à l’occasion de la Convention citoyenne pour le Climat. Le Haut Conseil pour le climat a choisi de rassembler les 6 recommandations contenues initialement dans le premier long rapport pour produire un résumé tenant sur un recto-verso pour chacune des recommandations. Ce document, plus complet que la version “grand public du rapport, tout en étant très synthétique (seulement 12 pages), est un concentré d’informations précieuses, précises et utiles pour comprendre les enjeux et les actions à entreprendre rapidement en termes de politiques publiques pour réduire efficacement les émissions de CO2. Pour le lire, c’est par ici.